Alexandre Dumas – Les Trois Mousquetaires – Vingt Ans Après

Une Nième adaptation des Trois Mousquetaires est récemment sortie sur les écrans. Pour l’occasion, on retrouve les ingrédients traditionnels des blockbusters : casting pointu, effets spéciaux, cascades, combats spectaculaires, vaisseaux dirigeables… Des bateaux qui volent ? Pour une adaptation du classique qui se déroule au XVIIe siècle ? Oui, oui… Richelieu manigance, et les Mousquetaires ripostent avec des armes pas franchement d’époque. Un vague doute plane sur la pertinence artistique, et sur la licence que s’est octroyée le producteur (ah, quand les droits tombent dans le domaine public…). D’autant que Dumas mettait un point d’honneur à implanter le plus harmonieusement possible ses personnages dans le déroulement historique réel – en témoignent force de mémoires et de sources sur lesquels s’appuie l’auteur. Après lecture des deux premiers opus de la trilogie d’Alexandre Dumas, retour aux sources du mythe – le vrai.

Un pour tous et tous pour un

alexandre-dumas-les-trois-mousquetairesAvouons-le : Les Trois Mousquetaires sont d’abord connus pour les duels et leurs hauts faits d’armes. Les personnages d’Athos, Porthos, Aramis et d’Artagnan ont dépassé les livres. Multiples adaptations plus ou moins cinématographiques, suites plus ou moins inventives, et même séries télévisées pour enfants… Tout y est passé. Au point que désormais, il semble presque évident que le principal attrait de l’œuvre soit visuel et réside dans les affrontements. Dommage, cela constitue une perte immense par rapport au roman : dans celui-ci, les mousquetaires sont bien reconnus pour leur talent à l’épée, mais également pour leur finesse et leur ruse – des dimensions qui passent souvent à la trappe à l’écran.

Ce sont en effet les secrets des alcôves et des salons, des couloirs de palais que nous présente Dumas. Histoires d’amours, de trahison, de complots, de rivalités France / Angleterre. Le tout est du reste documenté soigneusement, certaines éditions notant d’ailleurs les sources exploitées par Dumas (ou par son nègre, on sait que l’auteur n’aurait pas œuvré seul). Reste que l’histoire de France est la trame, la matière même du roman (on comprend le scandale que je souhaiterais déclencher à la vue des bateaux volants de la bande annonce – Fi !). Alors je sais bien que, sûrement, nombre d’historiens reprochent les libertés que prend Dumas avec l’Histoire, la Seule, l’Unique. Reste que pour le commun des lecteurs – qui ne se rappelleront pas du nom de tel ou tel courtisan, et ne s’apercevront pas des substitutions opérées par l’auteur – la trilogie a le mérite de remettre des repères en place (allez, pour la beauté du jeu, et en souvenir des « incollables » lors des départs en vacances, rangez ces deux personnages dans l’ordre chronologique : Mazarin ou Richelieu ?).

Pour revenir aux blockbusters, vous avez également pu tomber sur le plus fidèle « homme au masque de fer », avec Léonardo DiCaprio, John Malkovich et Gérard Depardieu. Pour information, l’intrigue de ce film est bien basée sur les aventures imaginées par Alexandre Dumas. Il ne s’agit pourtant pas des Trois Mousquetaires ou de Vingt Ans Après, mais du Vicomte de Bragelonne, le troisième opus (le moins lu et édité des trois), qui met en scène la vie du fils d’Athos. L’homme au masque de fer est ainsi une fraction du Vicomte (qui représente tout de même un volume supérieur à celui des deux premières aventures réunies).

Bref, la trilogie des Mousquetaires est à lire pour comparer au / se remettre du film qui sort le 12 octobre.

Références

* Alexandre Dumas, Les Trois Mousquetaires (1844), éditions GF Flammarion, août 2009, 808 pages, 6 €

* Alexandre Dumas, Vingt Ans Après (1845), éditions GF Flammarion, septembre 2009, 841 pages, 8 €

* Alexandre Dumas, Le Vicomte de Bragelonne (1847-1850), éditions GF Flammarion, tome 1

* Alexandre Dumas, Le Vicomte de Bragelonne (1847-1850), éditions GF Flammarion, tome 2, 897 pages, 11 €

* Et pour les plus jeunes :  Alexandre Dumas, Les Trois Mousquetaires, Editions Classiques Abrégés, 5,50 €

* Version cinéma Les Trois Mousquetaires de Paul W. S. Anderson, le 12 octobre 2011 au cinéma ainsi que L’Homme au Masque de Fer de Randall Wallace, 1998

2 thoughts on “Alexandre Dumas – Les Trois Mousquetaires – Vingt Ans Après”

  1. Horace says:

    Je considère que quelque chose de vraiment spécial dans ce site. 08))

  2. Kmchk says:

    Un de mes romans préférés! Je ne perdrai pas de temps à regarder l’infâme « adaptation », par contre je le relis avec plaisir! Il me manque encore Le Vicomte de Bragelonne, mais je fais durer le plaisir!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *