Don DeLillo – L’Ange Esmeralda

L’Homme postmoderne

don-delillo-lange-esmeralda-actes-sudLes nouvelles de Don DeLillo, écrites entre 1979 et 2011 et réunies dans le recueil L’Ange Esmeralda (Actes Sud, 2013), mettent toutes en scène des personnages déphasés, désaxés, fondamentalement « en état de vacuité ». Ainsi du mari fidèle, qui dans « Création », en vient à séduire une parfaite inconnue en attendant un avion qui ne vient pas ; de Léo, le cinéphile de « La Famélique », qui aurait consacré la moitié de sa vie à « se mettre dans la peau de son nom » ou encore de sœur Edgar, qui, dans la nouvelle éponyme du recueil, affronte « la réelle terreur des rues pour guérir les affres de la destruction en elle-même ». Chacun évolue au quotidien dans un univers mouvant, la ville moderne, marquée par les crises politiques et sociales, les faits divers, la violence, les catastrophes naturelles. L’une des originalités de l’œuvre de Don DeLillo est de montrer comment ces événements contemporains marquent l’homme, l’interpellent simplement (l’enlèvement d’un enfant dans « Le Coureur »), le façonnent (la crise économique dans « Le Marteau et la Faucille »), ou, dans les cas extrêmes, le submergent (dans « l’Acrobate d’ivoire », Kyle, « réduite au pur instinct imbécile d’un chien », attend, paniquée, les répliques d’un tremblement de terre). Avec L’Ange Esmeralda, l’auteur d’Outremonde (Actes Sud, 1999) et de Cosmopolis (Actes Sud, 2003) observe l’homme postmoderne et explore sa quête identitaire. Comment « être au monde », voilà bien tout l’enjeu de l’œuvre complexe et singulière de Don DeLillo.

Références

Don DeLillo, L’Ange Esmeralda, Actes Sud, février 2013, 249 pages, 21.80 €

Par le hublot

* La chronique des Inrocks

* La chronique de Télérama

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *