Eric Fottorino – Suite à un accident grave de voyageur

Les voies du RER sont impénétrables

eric-fottorino-suite-a-un-accident-grave-de-voyageur-gallimardNe vous fiez pas à son petit volume de 64 pages, Suite à un accident grave de voyageur est un livre pesant. Eric Fottorino, ancien rédacteur en chef du Monde, y traite avec gravité de l’étrange désinvolture des passagers lorsqu’un suicide se produit dans le métro. Point de compassion chez ceux qui devront attendre des heures à une station pour que les voies soient dégagées… Et peut-être passer à côté d’un entretien d’embauche, d’un examen, ou d’un rendez-vous professionnel. Le voile d’indifférence est jeté, et les mots habilement maquillés par la RATP. Pourquoi parler de suicide, de drame et de désespoir quand nous pouvons utiliser l’appellation froide et technocratique consacrée, prononcée par une voix métallique et déformée par les haut-parleurs : un « accident grave de voyageurs provoquant des ralentissements sur toute la ligne ». Si la RATP manie avec astuce l’art de l’euphémisme, l’auteur tente quant à lui de rendre toute sa consistance à l’acte de ces fantômes aux destins escamotés. Au fil de l’enquête, nous levons le voile sur les passagers en état de choc et les conducteurs marqués à vie. Eric Fottorino s’assigne une noble mission : mettre des mots sur les actes que l’on tente à toute force de cacher à nos yeux. On pourra simplement regretter des acrobaties brillantes, mais un peu superficielles et faciles, qui ne rendent pas toujours hommage à la beauté de son sujet. Car « mal nommer les choses », comme le rappelle Eric Fottorino citant Camus, « c’est ajouter au malheur du monde ».

Références

Eric Fottorino, Suite à un accident grave de voyageur, Gallimard, Collection Blanche, février 2013, 64 p., 8,20 euros

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *